Par hugo et lucas

L’Albanie, ça a commencé par un monumental coup de chance. Nous arrivons du Monténégro par bus. On se retrouve alors en plein centre ville de Shkodër, de nuit, sans vraiment savoir où dormir. Un couple d’Allemands rencontrés dans le bus nous proposent de venir avec eux. Ils ont entendu parler d’une auberge sympa, pas trop loin. Alors on tente, pour finalement se rendre compte que c’est fermé… Les aléas de la saison morte ! Mais, chance ! Le meilleur ami du propriétaire y fêtait ses 30 ans la veille, alors on a le droit de rentrer. Et comme il reste des fûts de bière de la veille, et qu’ils seraient gâchés, on s’est dit que la politesse la plus élémentaire nous obligeait à nous porter volontaires pour les finir. Nos valeurs écologiques contre le gaspillage sont très fortes, que voulez-vous..? Nous décidons de rester quelques jours dans cette ville, aux contrastes très marqués. Les grandes avenues commerciales au sol bien pavé sont à quelques pas de petites ruelles de terre battue, où les marchands vendent à même le sol les produits dont ils disposent. Ainsi, voir un stand qui vend œufs, piles de vêtements, tricots et fèves n’a rien de surprenant. On y trouve même du tabac en vrac. De gros tas de tabac, en vrac, sur une grande feuille de papier. Un peu comme un boucher qui vous présenterait un morceau de viande. Il va sans dire que nous avons passé beaucoup plus de temps dans ces petites rues… En revanche, repartir de ces ruelles avec quelques photographies comme témoignage est quasi mission impossible : à peine l’appareil sorti, que les marchands se ruent vers nous pour nous empêcher de photographier quoi que ce soit…

La suite de l’aventure nous a menés à Tirana, capitale de l’Albanie. Nous y avons fait la rencontre de personnages hauts en couleurs, et vécu des situations cocasses, qui ont grandement enrichi notre voyage. D’abord Alex, un Albanais chanteur de heavy metal, évangéliste végétarien qui collectionne les pièces de monnaie. Nous avons pu partager quelques repas avec lui, et il faut reconnaître que nous avons eu le droit à des discussions tout à fait passionnantes à chaque fois ! 

Nous avons également eu la chance de cuisiner avec Rosana. Mais une fois de plus, rien n’est gratuit ! Il nous a fallu au préalable quérir les ingrédients nécessaires. Une véritable quête dans un langage que nous ne maîtrisions pas. Alors pour expliquer au boucher que nous voulions de l’agneau, pas d’autre choix que de bêler au milieu du magasin. C’est Lucas qui s’y colle, nous vous passerons les détails… Nous avions également promis de ne pas révéler le secret de notre cuisinière, alors nous ne vous dirons pas qu’il existe un film sur elle, car elle a été un prodige des échecs ! (Si vous comprenez l’albanais, vous pouvez cliquer ici ou !) Et si ses recettes typiques nous ont beaucoup plu, nous lui avons rendu la pareille avec des choux à la crème !

L’Albanie nous a aussi appris à aller chercher de l’eau à la source. Mais ça, vous le lirez dans la rubrique « Petit+ » !

PS : Tous nos remerciements à Pierre, qui nous a sauvé photos, articles et autres, suite à un problème informatique.

Cet article a 1 commentaire

  1. J’aime la photo du carnet du carnet de voyage !

Laisser un commentaire