la grèce, partie i

parce que oui, il va y avoir une suite...

19 décembre 2017

Par hugo et lucas

La Grèce commence par une histoire de bus, dans un autocar direction Patras, la 1ère grande ville du Péloponnèse, dont nous avions prévu de faire le tour en stop. Le premier arrêt se fait dans une zone industrielle peu attirante à nos yeux. Terrain vague, barges de transport industriel et autoroute pour décors. Rien de très réjouissant… Ce fut un arrêt très bref. Vraiment très bref. Un homme descend du bus, qui ne s’arrête même pas tout à fait. Autant vous dire que si vous n’êtes pas debout avant l’arrêt, vous êtes foutu ! Nous sommes désormais prévenus, et parés pour l’arrêt au centre-ville ! Sauf qu’il n’y a pas d’arrêt centre-ville. En fait, il n’y a plus d’arrêt avant Athènes. Bon… Athènes, c’est bien aussi ! Nous nous trouvons donc une auberge pour la nuit, et décidons de profiter de cette occasion pour visiter quelques jours cette capitale chargée d’histoire, tout en vous récoltant quelques recettes locales tout de même ! Entre les visites de musées et de lieux historiques, nos pas nous ont menés dans un petit restaurant à la terrasse ensoleillée. Salade grecque au menu, dont nous vous donnerons la recette. Et surtout, nous découvrons le café grec. Véritable institution ici, qu’il ne faut surtout pas confondre avec le café turc, qui est pareil, mais en différent. C’est donc à grands coups de réchaud de camping à même la table que le serveur, punk à mèche rose et barbe blanche, nous prépare ladite boisson. Qui, reconnaissons-le, a le même goût que le café turc, mais en différent.

Notre voyage reprend alors, de nouveau en bus, objectif Corinthe ! Il faut savoir qu’en Grèce, chaque guichet vend une et une seule destination. Et que l’alphabet grecque n’est pas des plus simples à déchiffrer ! Ce qui donne naturellement lieu à : « Ah ? Ce n’est pas le guichet pour Corinthe, mais pour Sparte ?! Bon… Sparte, c’est bien aussi ! » Sparte… ville mythique de Léonidas. De l’armée des 300 ! Légendaire ! Unique ! On était prêts à voir du guerrier en slip, des terrains d’entraînement antiques et du muscle saillant ! Perdu… Sparte, ce n’est plus qu’une ville moderne de béton. Déception… Mais, peu importe. Nous repartons le lendemain matin en stop, direction Kalamata, via Aeropoli. Et nous entrons dans le vif du sujet. La côte est somptueuse, déserte de touristes. Les gens sont parfaitement accueillants. Nous faisons la rencontre de Maria, chez qui nous resterons quelques nuits. Elle nous invite à cuisiner avec elle, de la moussaka, du pastitcio et du kagianas. Un régal ! Puis nous repartons en stop, direction Pyrgos. « Ah ? Vous allez à Coron ? Bon… Coron, c’est bien aussi ! » Un voyage structuré, comme on les aime ! C’est après plusieurs heures de stop, et la rencontre d’un musicien ayant fait quelques tournées avec Georges Moustaki, que nous arrivons à Pylos. Sans auberge, sans hotel, sans rien. Ah si, un peu de pluie… Situation difficile, qui sera débloquée par un jeune homme dans la rue. Il prend le temps d’appeler des amis à lui. Discussions et palabres, et nous voilà en voiture pour une maison d’hôte fermée, qui nous ouvrira ses portes, en nous proposant le gîte et le couvert. Et puis de nouveau le stop, encore et toujours. Nous en profitons pour visiter les ruines de l’antique Olympie et des jeux antiques. Un arrêt tout à fait passionnant. 

Reste alors la dernière étape de notre voyage : le retour à Athènes. Il nous reste une journée, 200km, et une route particulièrement déserte à affronter avant notre vol pour Rhodes, et la deuxième partie de notre récit. Quand nous parlons de route déserte, nous ne blaguons pas. Une voiture toutes les demi-heures au mieux, pour de petits sauts de puce de 3 ou 4km, en 3h. Il est 11h30, il nous reste 192 km à faire avant la nuit, quand nous arrivons à un croisement. Hugo court pour tendre le pouce à une voiture qui passe, et qui s’arrête. Un couple de Français en vacances. Il peuvent nous avancer jusqu’à une route plus fréquentée. C’est déjà ça de pris. En discutant, nous apprenons qu’il vont visiter, en plus du temple d’Apollon, Mystra. Un château à quelques kilomètres de Sparte. Autant pousser la route avec eux donc, puisque nous savons qu’il y a des bus Sparte/Athènes. C’est en cours de route qu’ils décident de pousser le soir même jusqu’à Athènes pour la suite de leurs vacances. Bingo donc ! Tourisme accompli et destination atteinte. Nous pouvons voler jusqu’à Rhodes, pour vous raconter bientôt « La Grèce, partie 2 ».

Cet article a 3 commentaires

  1. Merci Hugo et Lucas pour ce nouveau récit épique et que de nouvelles rencontres. Par contre la photo où tu es prêt à rentrer est ce un mini sous marin ou quoi ?

  2. yéééh !! je viens de passer un moment excellent, votre récit est trop drôle et les photos sont vraiment très belles.
    Kalamata: la ville aux olives les plus délicieuses qui soient ! et quel joli nom !
    Mais quelle épopée !!! enfin tout est bien comme vous dites.
    et vivement la suite …
    bisous.

  3. Et la partie 0 ? Bon, la partie 1 c’est bien aussi.
    Et la partie 2 ? Pareille que la partie 1, mais en différent ?

Laisser un commentaire